Les oiseaux des Laurentides

La Pigeon biset
(Columba livia) (Rock Dove)
Famille des Colombidés :
Pigeon biset, Tourterelle rieuse, Tourterelle triste
310 espèces dans le monde, 13 en Amérique, 4 au Canada et 3 au Québec

Identification   (Photo : Luc Germain)
Importé d'Europe dès le début de la colonie à Port-Royal en 1606, il est devenu l'oiseau commun des villes, villages et des bâtiments de fermes d'Amérique. Bien que son élevage ait donné plusieurs variétés de différentes couleurs, on le connaît surtout dans les teintes de gris. Une tête gris foncé, un dos gris pâle, deux bandes alaires foncées et un cou vert gris métallique. On le remarque surtout dans les parcs, les endroits publics, sur les toits des grandes surfaces, sur les monuments et près des commerces alimentaires. Peu farouche, parmi la foule, il attend la dernière seconde avant de se déplacer surtout s'il tourne autour d'une femelle en traînant sa queue avec son roucoulement tenace et constant. Il s'envole alors en faisant claquer ses ailes.

Habitat et nidification

Le pigeon choisit une partenaire avec lequel il passera le reste de son existence, soit 5 ans. La femelle fait un nid en forme de soucoupe avec des brindilles et des débris variés. Elle pond un ou deux œufs blancs, qu'elle couvera 18 jours. Ce nid sera situé dans un endroit difficile d'accès, sur une corniche ou une solive d'édifice, sur une poutre sous un pont, dans une grange, sous un balcon. Au Québec, elle aura deux ou trois couvées par année alors qu'au sud elle pourra en faire cinq. Les deux parents se partagent la couvaison de 25 à 29 jours. Les petits restent au nid pendant 4 ou 5 semaines et sont nourris par les deux parents. Les parents ne cherchent pas de nourriture pour les petits puisqu'ils les nourrissent à l'aide du lait de pigeon, une substance crémeuse produite par le jabot et régurgité dans le bec des petits.


Nourriture et comportements
Comme il se nourrit de graines et de céréales, on le verra abondant autour des silos, des ports et des entrepôts où il peut se balader au sol pour manger les déchets et les miettes de toutes sortes. Le Pigeon est présent partout dans le monde et il est si abondant que plusieurs villes songent à limiter son nombre parce qu'il devient nuisible tant pour les édifices, les monuments que les aéroports. Le faucon pèlerin devient alors un moyen pour le contrôler.Fait intéressant à noter, on peut le chasser avec un permis pour petit gibier. D'autre part, on peut en acheter pour le manger puisque depuis quelques années, un producteur de la Beauce en élève et en vend pour sa chair tendre et délicieuse. Ainsi, qui l'aurait cru, le Pigeon devient un élément de la fine cuisine.


Gérald Gauthier, Mont-Tremblant © ---- Retour au menu alphabétique
Copyright